De la fabrique des autorités religieuses : qualifications, légitimations et ancrages des « clercs » de l’islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée (séminaire 2018/2019)

Thématique : Réflexion interdisciplinaire sur les transformations à l’œuvre dans la construction de l’autorité des clercs religieux dans les trois religions du Livre et les conséquences sur leurs profils, leurs circulations, leurs modes de légitimation et leurs modes d’intervention dans l’espace public. Continuer la lecture de « De la fabrique des autorités religieuses : qualifications, légitimations et ancrages des « clercs » de l’islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée (séminaire 2018/2019) »

La formation des nouveaux Imams au Maroc : remarques critiques sur le contenu des manuels d’enseignement (en arabe)

تكوين « الأئمة الجدد » بالمغرب: ملاحظات نقدية حول محتوى مقررات التكوين

يحيل موضوع التكوين الديني بالمغرب على التدريبات التي تشرف عليها المؤسسة الدينية الرسمية بهدف تخريج أطر دينية مؤهلة لمزاولة بعض المهام الدينية المتعلقة بالإمامة والخطابة والوعظ والإرشاد. يعتبر معهد محمد السادس لتكوين الأئمة المرشدين والمرشدات، الذي تم تدشينه في مارس 2015، الإطار المؤسساتي الرئيسي والوحيد بالمغرب الذي يضطلع بمهمة تكوين نخبة جديدة من الأئمة والمرشدات الدينيات. تعكس مأسسة هذا التكوين وتوسعته انتباه الدولة إلى الدور الحساس والخطير الذي يؤديه الإمام في التأطير والتوعية الدينية للمجتمع ومن تم الإسهام في تعزيز الهوية الدينية المغربية وتحصينها.جاء تأسيس هذا المعهد كامتداد ومحصلة لحوالي عشرة سنوات من التجربة والخبرة النوعية المهمة التي راكمها البرنامج المحلي لتكوين الأئمة والمرشدات الذي تم إنشاؤه سنة 2005، وهو يجسد مواكبة المؤسسة الدينية الرسمية وانخراطها القوي في بعض الرهانات السياسية الطموحة للدولة المغربية على الصعيدين الإقليمي والدولي. Continuer la lecture de « La formation des nouveaux Imams au Maroc : remarques critiques sur le contenu des manuels d’enseignement (en arabe) »

Le Coran à tue-tête. Exubérance et aspérité dans la récitation collective dite taḥzzabt (sud du Maroc) (Anis Fariji)

Conférence au séminaire du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM), lundi 5 novembre, à 14h, à la MAE/Paris-Nanterre : https://lesc-cnrs.fr/agenda/756/le-coran-à-tue-tête-exubérance-et-aspérité-dans-la-récitation-collective-dite-taḥzzabt-sud-du-maroc-,-anis-fariji-cjb-anr-ilm

Au Maroc, la récitation collective du Coran est considérée comme une véritable tradition, une spécificité locale louée et défendue par les autorités religieuses officielles. Mais sur cet arrière-fond se détache cependant une manière singulière de réciter collectivement le Coran, portant un nom propre, qui suscite quant à elle discorde et réticences : la taḥzzabt. Car là où les récitations collectives conventionnelles sont quiètes, statiques et lisses, la taḥzzabt, elle, est vigoureuse, animée et âpre. On y récite le Coran à tue-tête, qui plus est en allant crescendo de manière parfaitement synchrone. Continuer la lecture de « Le Coran à tue-tête. Exubérance et aspérité dans la récitation collective dite taḥzzabt (sud du Maroc) (Anis Fariji) »

La madrasa, une source de diffusion de la baraka

Les madrasas au Maroc, écoles religieuses traditionnelles, sont connues pour être des institutions maraboutiques et des établissements saints. Elles jouent des rôles multiples en jouissant de pouvoirs temporels et symboliques. Douées de sainteté, ces écoles diffusent la baraka ; elles la transmettent à leurs acteurs qui se chargent de la retransmettre, à leur tour, dans leur entourage. Continuer la lecture de « La madrasa, une source de diffusion de la baraka »

Apprendre le Coran par cœur dans le kuttāb au Maroc (Salé, Rabat et Souss) : mémoire et synesthésie (+audio)

La mémorisation du Coran occupe une place fondamentale dans la transmission de l’islam. Jusqu’à aujourd’hui, malgré les nombreuses réformes de l’enseignement religieux au Maroc, l’apprentissage par cœur de l’intégralité du texte est une étape obligatoire dans la formation du personnel religieux. Dans le kuttāb où le Coran est mémorisé durant plusieurs années, le lūḥ, traditionnelle planchette en bois, est encore considéré comme l’outil mnémonique le plus efficace. Continuer la lecture de « Apprendre le Coran par cœur dans le kuttāb au Maroc (Salé, Rabat et Souss) : mémoire et synesthésie (+audio) »

Bilan d’étape du programme ILM

(suite aux deux journées d’études : Savants musulmans au Maghreb ; Institutionnalisation et circulation du savoir religieux à partir du Maroc)

  1. Les séminaires en cours
  • Le séminaire ILM au Centre Jacques Berque, coordonné par Anis Fariji.
    Il s’agit d’un séminaire mensuel, avec une intervention d’une heure suivie d’un débat initié par un discutant-invité qui porte sur la thématique du savoir et de l’enseignement religieux au Maroc ou dans les pays voisins. La priorité y est donnée aux participants au programme ILM qui présentent les travaux réalisés mais il accueille également des intervenants extérieurs au programme travaillant sur la même thématique. Continuer la lecture de « Bilan d’étape du programme ILM »

La taḥzzabt : une vocalisation coranique excentrique (Anis Fariji)

©Compétition de récitations taḥzzabt au moussem de Lalla Taalat (madrasa de al-Sawābī) | 15-03-2018

Cette communication rappellera la place importante qu’occupent les récitations collectives du Coran au Maroc. Ensuite elle s’arrêtera plus particulièrement sur une pratique coranique spécifique de la région du Souss (Maroc) : la taḥzzabt. Il s’agit d’une récitation en cercle réduit, exécutée par des récitants aguerris, d’une intensité vocale telle qu’elle ne laisse pas d’attiser les critiques. En effet, depuis longtemps, l’orthodoxie sunnite s’emploie à « polir » la taḥzzabt, si ce n’est à l’abolir. Or rien n’est moins évident quant à ce dessein, tant les pratiquants de la taḥzzabt semblent y tenir. Cette communication tentera de rendre compte du substrat à la fois dogmatique, anthropologique et esthétique de la taḥzzabt, et de son caractère excentrique. Continuer la lecture de « La taḥzzabt : une vocalisation coranique excentrique (Anis Fariji) »

Ecriture et dévotion dans les livres de prières consacrés au Prophète Muḥammad : les cas des Dalā’il al-Khayrāt de Muḥammad b. Sulaymān al-Jazūlī (18e-19e s.) (+audio)

Depuis sa composition vers 1453 par le mystique marocain Muḥammad b. Sulayman al-Jazūlī (m. 1465), le Dalā’il al-Khayrāt, livre de prières dédié à Muḥammad, devint l’un des ouvrages les plus copiés en Afrique du Nord, après le Coran. D’une manière similaire à ce dernier, il fit l’objet d’une révérence particulière de la part des copistes et des enlumineurs marocains, s’appliquant à élaborer des figures calligraphiques exceptionnelles et à doter les copies de riches enluminures. Continuer la lecture de « Ecriture et dévotion dans les livres de prières consacrés au Prophète Muḥammad : les cas des Dalā’il al-Khayrāt de Muḥammad b. Sulaymān al-Jazūlī (18e-19e s.) (+audio) »

Art-la-loi ou la construction du positionnement fiqhique sur la question musicale 

Derrière de trop nombreux vinyles musicaux s’immiscent des sonorités religieuses aux vibrations contradictoires. En arrière-fonds des choix et des goûts pour l’écoute musicale, des avis sous forme d’ouvrages juridiques, d’écrits en ligne, voire de voix de cheikh sur les sites de partage de vidéos paramètrent les usages artistiques. Le questionnement de la religion sur la musique n’est donc pas toujours un long fleuve tranquille et c’est là une interférence qui dure depuis le IXe siècle au moins. Continuer la lecture de « Art-la-loi ou la construction du positionnement fiqhique sur la question musicale  »

L’enseignement traditionnel dans le bled du kif : la reconquête d’une tradition (+audio)

Le Rif central, notamment la région de Ghmara, est connu par sa tradition de l’enseignement coranique. Dans le passé, chaque école était réputée pour son fqih et la réputation du fqih jouait un rôle primordial dans le choix des apprentis/taleb. Certains villages sont ainsi traditionnellement plus réputés que d’autres. Avec l’expansion de l’économie du kif et l’arrivée de l’école moderne, la tradition de l’enseignement traditionnel a disparu dans plusieurs villages. C’est dans ce cadre et en continuité avec nos recherches sur cette région que cette intervention, basée sur l’observation des classes de ta’lim a’tiq (enseignement traditionnel) dans un village de Beni Khaled, visera à mettre à jour les transformations liées au ta’lim a’tiq dans le bled du kif. Continuer la lecture de « L’enseignement traditionnel dans le bled du kif : la reconquête d’une tradition (+audio) »