Projection de film : Le maître du Coran (Khalid Mouna)

Le groupe Socio-anthropologie de l’oral et du Visuel de l’IURS, université Mohamed V, et dans le cadre de ses activités a organisé la projection du film : Le maître du Coran. Ce film est réalisé dans le cadre du projet ANR ILM « L’enseignement de l’islam au Maroc (XVIIIe-XXIesiècles) : islamologie et sciences sociales » (ANR-16-CE27-0015). Continuer la lecture de « Projection de film : Le maître du Coran (Khalid Mouna) »

Intervention (Anis Fariji) : L’ambivalence des autorités religieuses au Maroc sur la taḥzzabt (une récitation collective du Coran)

Séminaires inter-laboratoires | 2018-2019

De la fabrique des autorités religieuses : qualifications, légitimations et ancrages des « clercs » de l’islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée

Responsable(s) scientifique(s) : Katia Boissevain (Idemec), Marie-Laure Boursin (CHERPA/Idemec), Franck Frégosi (CHERPA), Sabrina Mervin (CéSOR), Norig Neveu (Iremam).

16 mai 2019, MMSH, PAF, 09h30-12h00

Esthétiques religieuses et légitimité normative

  • Séverine Gabry-Thienpont (CREM – LESC), « Cheikh, ra’is ez-zâr, kudiya… Chassés-croisés esthétiques et religieux des officiants du zâr égyptien »
  • Anis Fariji (Centre Jacques Berque – Rabat) « L’ambivalence des autorités religieuses au Maroc sur la taḥzzabt (une récitation collective du Coran) »

Le Coran à tue-tête. Exubérance et aspérité dans la récitation collective dite taḥzzabt (sud du Maroc) (Anis Fariji)

Conférence au séminaire du Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM), lundi 5 novembre, à 14h, à la MAE/Paris-Nanterre : https://lesc-cnrs.fr/agenda/756/le-coran-à-tue-tête-exubérance-et-aspérité-dans-la-récitation-collective-dite-taḥzzabt-sud-du-maroc-,-anis-fariji-cjb-anr-ilm

Au Maroc, la récitation collective du Coran est considérée comme une véritable tradition, une spécificité locale louée et défendue par les autorités religieuses officielles. Mais sur cet arrière-fond se détache cependant une manière singulière de réciter collectivement le Coran, portant un nom propre, qui suscite quant à elle discorde et réticences : la taḥzzabt. Car là où les récitations collectives conventionnelles sont quiètes, statiques et lisses, la taḥzzabt, elle, est vigoureuse, animée et âpre. On y récite le Coran à tue-tête, qui plus est en allant crescendo de manière parfaitement synchrone. Continuer la lecture de « Le Coran à tue-tête. Exubérance et aspérité dans la récitation collective dite taḥzzabt (sud du Maroc) (Anis Fariji) »

La taḥzzabt : une vocalisation coranique excentrique (Anis Fariji)

©Compétition de récitations taḥzzabt au moussem de Lalla Taalat (madrasa de al-Sawābī) | 15-03-2018

Cette communication rappellera la place importante qu’occupent les récitations collectives du Coran au Maroc. Ensuite elle s’arrêtera plus particulièrement sur une pratique coranique spécifique de la région du Souss (Maroc) : la taḥzzabt. Il s’agit d’une récitation en cercle réduit, exécutée par des récitants aguerris, d’une intensité vocale telle qu’elle ne laisse pas d’attiser les critiques. En effet, depuis longtemps, l’orthodoxie sunnite s’emploie à « polir » la taḥzzabt, si ce n’est à l’abolir. Or rien n’est moins évident quant à ce dessein, tant les pratiquants de la taḥzzabt semblent y tenir. Cette communication tentera de rendre compte du substrat à la fois dogmatique, anthropologique et esthétique de la taḥzzabt, et de son caractère excentrique. Continuer la lecture de « La taḥzzabt : une vocalisation coranique excentrique (Anis Fariji) »

Sabrina Mervin et Farid El Asri : Réformes de l’enseignement

Séminaire inter-laboratoires CéSor, CHERPA, IDEMEC, IREMAM
De la fabrique des autorités religieuses : qualifications, légitimations et ancrages des « clercs » de l’islam, du christianisme et du judaïsme en Méditerranée

Prochaine séance le Jeudi 15 mars 2018 « Réformes de l’enseignement » au CHERPA, Sciences Po Aix-en-Provence, Espace Philippe Séguin (EPS) 003, 10h00-12h30 autour de deux présentations.

L’enseignement religieux dans le chiisme contemporain entre modèle « traditionnel » et réformes

Sabrina Mervin, CéSor

Dès les années 1920, des oulémas et des jeunes clercs appelèrent à la réforme de la hawza de Najaf, foyer de savoir du chiisme. Depuis, d’autres initiatives ont été lancées, provoquant d’autres débats dans les milieux cléricaux. La République islamique d’Iran, à partir de 1979, a de son côté modernisé l’enseignement et favorisé les passerelles avec l’université afin de former un clergé susceptible de s’intégrer dans les rouages de l’État. Continuer la lecture de « Sabrina Mervin et Farid El Asri : Réformes de l’enseignement »